Retour à la réalité

mardi 27 mai 2014

En Algérie, nous étions sous tension un peu tout le temps. Juste dans la rue en allant acheter le pain. Sur la route la nuit. Il y avait toujours une ombre de danger.

Ici, à Djibouti, ce n'est pas pareil. Les gens sont accueillants, gentils, serviables. Pas de rancune, de colère, de haine envers nous. Pas de vol, de délinquance, de coup de poignards pour quelques euros. Nous pouvons sortir nous promener quand on veut, ou on veut. On peut aller au restaurant, se tenir par la main dans la rue. Vivre. 

A force, on oublie d'être prudent. Sauf que...



Nous sommes samedi soir. Un jour de semaine comme les autres ici. Il est 22h15. Nous sommes déjà au lit. La chaleur, notre petite Doudou, le travail de mon Homme, ça fatigue ! Nous voulions profiter d'une longue nuit. J'entends un bruit. Lointain, un peu sourd. Je ne m'inquiète pas, je commence à m'endormir. Alors, je me dis que c'est un truc dans la rue sans doute, une voiture. Non, un truc lourd qui tombe plutôt. Bref, rien qu'un simple bruit.

Quelques minutes plus tard, le téléphone sonne... Il est presque 22h30. C'est notre homme de confiance qui nous appelle. Mon homme ouvre un œil, regarde le téléphone. Je lui dis qu'il devrait répondre, à cette heure c'est sans doute important. Peut-être un soucis sur la station. Il décroche.

"Vous êtes ou ? Chez nous, pourquoi ? Vous allez bien ? Oui, pourquoi ? Il y a une bombe, au restaurant La Chaumière, un attentat, une bombe a explosé."

Une bombe, un attentat. Des mots qu'on n'entend qu'à la télévision. Des images me viennent, celles qu'on a l'habitude de voir dans des pays bien trop loin pour qu'on y soit aller un jour, des pays dont on connait à peine le nom, qu'on découvre quand il y a un attentat, justement.

Un bombe ! A même pas 1km de notre maison ! Et soudain, le retour à la réalité... Et oui, nous vivons dans un pays "à risque". On le savait mais on avait oublié. Des terroristes somaliens ont pris soin de nous le rappeler. Trois morts, une vingtaine de blessés. Les occidentaux était bien sûr les cibles.

Maintenant, il faut faire attention, plus qu'avant. Djibouti c'est petit. Tout est proche. Du coup, tous les endroits où nous avons l'habitude d'aller sont à côté du lieu de l'attentat. Notre maison, le magasin pour faire les courses, le coiffeur de mon homme, les marchands de tissus où je vais, le restaurant où nous étions deux jours avant cet incident. 

Peu importe la douceur de la vie d'un pays, l'ambiance générale, la gentillesse des gens. Peu importe tout ça, il ne faut jamais oublier le pays dans lequel nous vivons.Ne jamais oublier ce que les hommes ont fait du Monde. Un endroit où tu peux te faire poignarder pour quelques pièces, ou juste par hasard. Ou tu peux avoir un accident de voiture. Ou tu peux entendre une bombe exploser à quelques rues de chez toi. 

Je ne dis pas qu'il faut vivre dans la peur, même si ces derniers jours la peur ne me quitte pas. La peur n'est pas une amie. Mais la prudence, oui.



6 commentaires :

  1. Je vis aussi à Djibouti depuis 2 ans. Je vous ai découvert grâce au "parents de Léontin et Mélusine" . J'aime beaucoups votre univers et votre façon de nous le faire découvrir. J'ai connu aussi le déménagement, la paperasse, la fin de grossesse et les 1 et mois de ma petite puce sans le papa... Pas toujours simple... Bon courage pour la suite!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Anne ! Vous faites quoi à Djibouti ? Si ça fait déjà deux ans, vous êtes peut-être sur le retour ?
    Merci de votre passage ici ! Oui, la vie d'expatrié n'est pas simple, mais à chaque nouvelle expérience, c'est plus facile je trouve !

    RépondreSupprimer
  3. Comme les 3/4 des français de Djibouti : mon mari est militaire! ;) On fait encore une année et on rentre! C'était ma 1er expérience d'expatriés mais je trouve qu'on s'en ai bien sorti! :)

    RépondreSupprimer
  4. Ha tant mieux, c'est bien quand ça se passe bien ! Vous vivez sur base ou à l'extérieur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A gabode 5, on peut continuer en MP si tu veux pour les bons tuyaux! ;)

      Supprimer
  5. Coucou! J'ai vu que tu es venue faire un tour sur mon blog, je suis contente de "croiser" une autre maman expat, dans un pays à risque aussi!!! A part cela j'espere que votre expatriation se passe bien et que ta jolie poupée s'est bien adaptée, en général nos petits bouts s'adaptent bien plus vite que nous lol!

    RépondreSupprimer