♥ Sept mois ♥

mercredi 25 juin 2014

A la base, je voulais faire un article pour tes 6 mois, le 25 mai dernier. Mais, la nuit d'avant, il y a eu un attentat. Du coup, le 25 mai, lendemain de cet incident, jour de ma première fête des mères, je l'ai passé à te serrer dans mes bras à chaque instant, à te regarder dormir, à guetter le moindre de tes mouvements, à faire en sorte que tu ne sois jamais trop loin de moi. Juste au cas ou...

Et tes 6 mois ont passé.

Aujourd'hui, tu as 7 mois. 

Je te regarde t'épanouir chaque jour, chaque minute. Tu changes. Tu grandis tellement vite. Tes cheveux poussent, et te tombent dans les yeux maintenant. Dans tes beaux yeux bleus qui, petit à petit, s'éclaircissent. Mais restent magnifiques, et lumineux.

Je te vois sourire. De plus en plus, et pas à n'importe qui. Devant les inconnus, tu fais une tête timide. Un regard curieux, des yeux tout ronds. Pour moi, un sourire si sincère, si grand qu'il couvre ton visage, qu'il éclaire une pièce entière. Le Monde même. Devant ton père, des sourires instantanés. Des sourires qui quémandent un câlin, un bizoux. Des souries auxquels il ne peut résister.

Je t'entends rire. D'un rire soudain, joyeux, clair. Qui se répercute contre les murs et emplie mon univers. Un rire quand je te chatouille les côtes. Un autre quand je te mordille les cuisses, le cou, les bras, les joues... Un de plus quand je souffle sur ton ventre, quand je mets ma tête si près de la tienne que nos nez se touchent et se frottent ! Des millions de rires quand je te prends sur mon ventre, ou quand je te lève de mes bras très haut.

Je t'observe apprendre. Tu tiens assise. Tu tiens sur tes genoux. Tu avances en te traînant, tu lances tes bras, et hop ! Tu arrives à te mettre debout, en poussant un petit cri d'effort qui me fait craquer, en t'accrochant aux barreaux de ton parc, et te voilà debout. Et tu es fière, tu souries ! Tu tombes assise, et tu recommences. Depuis quelques jours, tu te mets assise toute seule ! Et quand tu es debout, que l'on te tient, tu fais quelques pas. Tu adores le bain, maintenant. Tu aimes t'y asseoir, mordiller l'éponge toute douce qui, normalement, te frotte le dos. Tu babilles, tu me parles avec tes bruits à toi. Tu tiens de grandes conversations !

J'apprends à te connaître. A deviner tes goûts, à retenir tes préférences. Je sais que tu as besoin d'un réveil en douceur, une lumière douce, des bizoux, délicatement... Je sais que tu aimes le brocolis, la courgette. La pomme ! Les boudoirs, tu adores ça !!! Tu aimes quand tu es toute nue sur la table à langer, prête pour aller au bain. Tu aimes tes doudous étoiles que je t'ai cousu. Ils tiennent dans ta main, tu les frottes contre ta joue, tu les tortilles entre tes doigts. Je sais aussi que, quand ton père est dans la pièce, impossible de te faire manger, il vaut mieux attendre, car tu n'as d'yeux que pour lui, et ni la cuillère, ni même moi, n'existons plus. Tu aimes quand je souffle dans tes cheveux. Quand j'y passe ma main aussi...

Tu as besoin que je te berces, le soir, en buvant ton biberon. Et tu t'endors, en sirotant, et souvent tu tousses parce que tu avales de travers. Ou alors, à un moment, le lait tu ne l'avales plus, tu ronfles, le biberon encore en bouche, et le lait dégouline sur tes joues. Et je ris, doucement, pour ne pas te réveiller et continuer à t'admirer.

Je sais que tu vas encore changer. Tu vas t’affirmer. Tu n'es déjà plus un nourrisson. Bientôt, tu ne seras même plus un bébé, mais une petite fille. J'ai peur de te voir changer si vite. Et, en même temps, j'ai hâte ! Hâte de voir la personne que tu vas devenir, la coquine que tu seras sans doute. Un peu colérique, d'après ce que je vois déjà... J'ai hâte de t'entendre parler. 

Et surtout, j'ai hâte que tu me comprennes quand je te dis que je t'aime. 


4 commentaires :

  1. Ca passe si vite! Je suis sûre qu'on prendra plaisir à lire ces p'tits instantanés de vie dans quelques mois ou années.
    Ta poupette est vraiment superbe. Ses cheveux roux et ses yeux clairs vont en faire chavirer plus d'uns dans quelques temps!

    RépondreSupprimer
  2. Et en plus de dormir et d'aimer le fenouil, j'apprends qu'elle a des cheveux qui lui tombent dans les yeux. Les cheveux de la mienne poussent de façon disparate! Mais allez, je passe l'éponge :-D Ton billet est trop beau, il respire l'amour de maman et même si je n'ai que trois mois d'avance sur toi, je sens que ça va me plaire de revivre ces beaux moments ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh coucou Mummy ! Je me suis dis que peut être, après mon commentaire sur ton blog, tu allais me snober ! ;-) Les cheveux de ma puce aussi poussent de façon disparate ! Elle a une belle touffe au milieu je te l'accorde mais c'est beaucoup plus court et désert sur les côtés mdr ! Des fois ça fait des coiffures chelou !
      Merci de ton passage en tout cas !

      Supprimer