Apprendre à être une maman (qui déchire)

mardi 1 juillet 2014

Avant d'atterrir à Djibouti, en février dernier, j'ai dû me faire héberger pendant deux semaines. L'appartement était rendu, il me fallait bien un endroit pour patienter quelques jours avant le grand départ. Et je me souviens de ce sentiment de peur que j'avais à ce moment là, vis à vis de mon comportement avec ma Doudou. 

J'avais peur de mal faire, qu'elle pleure trop, de ne pas réussir à la calmer, ou à l'endormir, qu'elle ne fasse plus ses nuits, d'être trop gauche ou maladroite et que les personnes chez qui j'allais vivre (ma belle-mère puis ma mère) me jugent, me trouve nulle. J'avais peur d'être une mauvaise mère.



A l'époque, elle n'avait que deux mois. Son rythme de repas était chaotique, en plus je faisais du mixte sein / lait artificiel. Et ses siestes aussi étaient irrégulières. Elle a beaucoup pleuré, dû aux trop de changements enchaînés. Elle a fait ses nuits, raccourcis de deux heures. J'étais maladroite, pas très à l'aise avec mon bébé. Et je passais mon temps à m'excuser pour elle. J'étais une jeune maman très débutante et vraiment pas confiante en elle. Et pas chez elle en plus, entre deux pays.

Demain, je reprends l'avion pour passer trois semaines en France. Je vais être hébergée avec ma puce une dizaine de jours chez ma mère, et une autre dizaine chez ma belle-mère. Mais je suis sûre de moi ! Ma Doudou a maintenant 7 mois. Elle mange à heure fixe, des biberons & des purées. Elle fait peu de sieste en journées mais je sais voir quand elle a besoin de dormir. Je la couche, elle s'endort seule très vite. Ou je sais quand ça ne marchera pas, alors je la berce, ça prend 5 minutes de câlins. Le soir elle se couche à heure fixe, et s'endort en deux secondes seule. Elle fait des nuits de 12h. Elle pleure, de temps en temps, mais j'ai appris à la calmer très vite. Je sais quand elle a mal, quand elle est bien, quand elle est fatigué, quand elle a faim, quand elle veut jouer seule, quand elle ne veut pas jouer seule

En fait, tout simplement, maintenant je connais ma fille. Je suis toujours une maman très débutante. Mais j'ai pris confiance en moi. Je suis une maman qui déchire !

Alors, cette fois, c'est sereine & sûre de moi, que je m'en vais passer ces quelques semaines chez les mamies de ma fille.


3 commentaires :

  1. Je me reconnais bien dans ce texte, tout pareil avant d'aller vivre à Lagos c'était le squat chez la famille et j'étais assez maladroite et peu sûre de moi avec ma fille. Heureusement, au fil du temps les gestes deviennent plus précis et automatiques, puis l'enfant évolue aussi. Mais c'est vrai qu'au début c'est pas toujours simple surtout si t'es chez les autres et que tu te sens observée dans ce que tu fais

    RépondreSupprimer
  2. Ah la la, les horaires !!! C'est toujours une question qu'on nous pose... Comme si réussir à canaliser notre enfant dans un agenda d'adulte était un accomplissement en soi. Et encore, il faut qu'il s'agisse d'un emploi du temps à la française: 3 (ou 4) repas par jours et la sieste après déjeuner... Qu'en est-il en Papouasie ou à Vladivostok ?
    On entend moins souvent "votre bébé est-il heureux ?" !!! Pourtant, c'est sacrément plus important !!!
    lamamansurlegateau.wordpress.com

    RépondreSupprimer
  3. C'est tellement agréable quand on connait suffisament son bébé pour savoir instinctivement ce qui lui faut à tel ou tel moment!

    RépondreSupprimer