Pile ou face

samedi 6 juin 2015


La vie, c’est à pile ou face.

Pile, tu nais du bon côté de la planète. Face, tu nais du mauvais côté.

Et, sans vouloir juger personne, je crois qu’on ne se rend pas bien compte de la chance de vivre du côté pile tant qu’on n’a pas vu le côté face du Monde.

Tu sais, ce côté face dont on parle à la télévision aux informations du soir. C’est loin, très loin de chez nous, alors on regarde les images à l’écran, on s’affole 5 minutes, on jure sur l’injustice du Monde, on tape du poing si on est d’humeur rageuse. Et puis on zappe.

Oui, je suis dur avec l’être Humain, tellement humain qu’il détourne les yeux et continue de se plaindre de sa vie alors qu’il a tout. Mais quand on a tout, c’est un peu comme quand on est con, on ne s’en rend pas compte.

Je ne dis pas que je suis différente, ni que je suis meilleure. Juste, j’ai vu le côté face. Je le vois tous les jours. Et j’apprécie chaque jour un peu plus la chance que j’ai d’être venue au Monde du bon côté.
Je le vois tous les jours ce “mauvais” côté du Monde, mais je ne vous l’ai jamais montré. Pas que j’ignore ce côté, non loin de là, c’est juste que moi, si j’étais pauvre, à gratter le sol pour sauver un bout de pain, à vivre dans une maison de carton ou de tôle, à devoir faire mes besoins dans un trou, je n’aimerais pas qu’on me prenne en photo.

Alors ce côté face je le vois, je l’imprime dans ma tête, il s’imprime de lui même d’ailleurs. Mais je n’arrive pas à le prendre en photo, par respect pour Eux. Parce qu’il y a toujours des gens partout et que ça ne se fait pas, tout simplement.

Mais voilà, ça fait déjà plusieurs fois qu’on me demande de voir cet autre côté de Djibouti. Et mon Homme, l’autre fois, s’est rendu dans un de ses quartiers pour son travail. Il a ramené quelques photos.


C’est ça, le vrai Djibouti. Pas celui des hôtels de luxe que nous fuyons tellement nous trouvons ça insultant. Mais celui des enchevêtrements de tôles et de cartons qui servent de maisons. Des chemins de sable défoncés de partout qui forment des routes. Des montagnes de déchets qui pourrissent et empestent l’air chaud. Le côté face du Monde, celui dans lequel ils vivent, ou survivent. Il s’entassent à dix, à quinze, entre 4 planches de tôle.

IMG_3901

Et ils le supportent, ne disent rien, ne se plaignent pas. Ils n’ont pas le temps pour ça. Ils doivent chercher de l’eau toute la journée, chercher de la nourriture, gagner quelques francs contre un travail pourri et usant en plein soleil. Les gosses font la manches sur le bord des grandes routes. Ou jouent sur un bout de sable, avec une brindille, un caillou, seulement habillé d’un long tee-shirt. Et rien d’autre.

Quand je croise des enfants, je donne des bouteilles d’eau, un bout de pain frais. Jamais d’argent car je ne suis jamais sûre que ça leur revienne vraiment. L’association pour laquelle je fais du bénévolat se situe dans un quartier comme celui là.

Et chaque fois, je me rappelle qu’ici c’est le côté face, et que moi je viens du côté pile.



Rien que pour ça, je me sens redevable. C’est une question de chance et de malchance. Un hasard à la con qui nous distribue sur la planète. Je ne suis en rien responsable de tout ça. Mais à défaut de pouvoir réparer l’injustice (et là je tape des deux poings), j’essaye d’aider.

Ces photos ont une saveur particulière pour nous, car nous savons que c’est là que vit notre Hawa, femme de ménage et nounou de notre fille.

A voir ça chaque jour, à traverser ces quartiers sans y vivre, on apprend à relativiser nos propres soucis. Car peu importe le problème que nous avons, ce n’est pas pire que ça. Rien n’est pire que ça. Car ils ont les mêmes problèmes que nous, de santé, et autre, mais en plus ils vivent ici…

IMG_3905

Mon article d'aujourd’hui vous semble peut-être dur, réprobateur, amer, et sans foi en l’être humain. C’est possible, et c’est surement vrai en plus. Car j’ai passé la journée d’hier en réunion à l’association où je fais du bénévolat. Et le sujet principal fut de trouver plus de nourriture à distribuer à toutes nos adhérentes. A toutes ces femmes et ses enfants, ayant le VIH ou pas, qui ont un cruel besoin de vivres.

Nous avons de plus en plus d’adhérentes, et de moins en moins de nourriture. Nous avons dû réfléchir sur des critères pour dissocier les prioritaires… Entre celles qui ont le VIH, celles qui ne l’ont pas mais qui sont veuves, seule avec 5 ou 6 ou plus d’enfants, celles qui ont le VIH, qui ont déjà 5 enfants, dont la moitié atteint du VIH, et qui viennent d’accoucher d’un nourrisson atteint lui aussi…

Comment choisir ? Comment faire le choix de donner à certaines, et pas à d’autres ? Comment leur expliquer que pendant un mois elles auront quelques choses et ensuite pendant trois mois elles n’auront rien ? Comment prendre la décision quand on sait où elles vivent, qui elles sont, ce qu’elles traversent ? Comment leur dire qu’on n’a plus assez de lait en poudre pour tous les nourrissons, alors même qu’elles ne peuvent pas allaiter parce qu’elles ont le VIH ?

Alors oui, aujourd’hui, je suis amer. Et j’ai une boule dans la gorge. Qu’on ne vienne pas me parler d’OGM, de bio, d’huile de palme dans le lait des bébés, de petits pots pleins de cochonneries, de légumes pas assez beaux pour être vendu. Parce que quand tu n’as rien, tu te contente de ce que tu trouves.

Je suis surement injuste (mais je m’en fous). A chacun ses soucis et je n’ai pas le droit de décider lesquels sont les plus graves. Mais depuis que je vis en Afrique, d’abord l’Algérie, maintenant Djibouti, je vois LES VRAIS problèmes.

Alors j’ai un peu (beaucoup) de mal à entendre le reste. Et de moins en moins envie de rentrer en France.

9 commentaires :

  1. J'aime ton article ! Ta façon de dire les choses sans concessions... J'admire ton investissement. Beaucoup sont expat mais se contentent de profiter de leur situation de privilégier avant de repartir.
    Par contre je ne crois pas que manger bio s'oppose à ne pas manger du tout. Manger bio c'est aussi croire en un monde meilleur et plus respectueux.
    Mais je comprends tout à fait ta colère... Bises ma belle <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut pas faire attention à quand je parle du bio lol j'ai une idée assez précise et arrêté à ce sujet qui ne tient qu'à moi, et donc oui après chacun voit les choses comme il l'entend, aucun soucis !
      Merci de ton commentaire. Et oui, ya tout pleins de sortes d'expat !

      Supprimer
  2. Dis..
    Je n'ai pas beaucoup à donner, et je ne sais pas quels seraient vos besoins. Mais je fais de la couture, et j'ai des tas de choses qui ne me serviront jamais dans ce domaine. Et puis j'ai des vêtements un peu, trop petits pour les miens (un ou deux shorts, ..).
    Je ne vais pas être envahie de spam-bot, donc je ne la donne pas ici, mais sur mon blog (tout en haut) il y a mon mail :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dame Ambre, entre ici, Hellocoton et Fbk, tu es mon plus beau message du jour !!! Il y a une asso en france qui s'occupe de récupérer des trucs en France pour nous. Je t'envoie plus d'explications sur ton mail dans la semaine ! Merci ♥

      Supprimer
    2. Avec plaisir ^^ J'attends ton mail alors !
      Ma belle-maman tenait une asso qui donnait pour le Madagascar, je vois bien comment ça fonctionne :)
      Et puis selon, s'il n'y a rien pour récupérer là où je suis, je te ferai un colis ^^ (comme ça je t'enverrai du thé avec, si tu aimes ?)
      Douce fin de semaine :)

      Supprimer
  3. Moi aussi n'es des tas de choses a donner mais mes enfants sont des bébés d'hiver... Dis moi ce dont tu as besoin et où il faut les envoyer !!! Tu es un joli exemple !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ma Patate ! Je te dirais pour l'envoie de colis, je vais voir avec l'asso de France !

      Supprimer
  4. Tres bel article, tres touchant. Comme toi je me suis rendue dans la famille de mon aide menagere. J'ai rencontre sa famille dans son quartier. Leur conditions de vie n'etaient pas des meilleures mais ils m'ont recue avec un magnifique sourire. C'est une belle lecon je trouve.
    J'aurais aime aider dans une association aussi mais le travail ne me laissait vraiment pas le temps. En tout cas c'est super ce que tu fais et triste pour le peu de solutions.
    A une vie meilleure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, ils n'ont pas grand chose mais ils gardent toujours le sourire, la convivialité et la gentillesse, c'est une belle leçon de vie en effet.

      Supprimer