Rendez-vous au prochain croisement

mardi 11 août 2015


Se croiser. Se décroiser. Et disparaître.

C'est l'histoire de la vie, mais plus particulièrement de l'expatriation. Oui, encore cette grande affaire d'expatriation.

On atterrit dans un nouveau pays. On rencontre des gens, comme nous, de passage.

Le temps à une autre saveur, une autre échelle, quand on sait que notre présence est éphémère. Alors on se fait des amies plus rapidement. On oublie le temps d'approche habituel, on oublie de tourner en rond. On devient amicale plus rapidement, car c'est vital. La sociabilisation est différente, à l'autre bout du Monde.

Et puis, hop, les gens cotoyés pendant quelques temps s'en vont. Et on ne les reverra plus jamais. Pour toujours.

Je l'aimais bien, Virginie. Je l'aimais beaucoup même. Elle est arrivée après moi à Djibouti. Tout de suite, nous sommes devenues amies. Est-ce qu'ailleurs, en France, dans une autre vie, nous serions devenues amies ? Peut-être pas. Mais ici, à l'autre bout du Monde, vivant dans le même quartier ensablé, nous nous sommes rapprochées. Nous avons fait les courses ensemble, de nombreuses balades le soir ensemble. Nous nous sommes confiées l'une à l'autre. Nous nous sommes consolées pendant les moments de blues. Je suis devenue accro au Cappuccino par sa faute !

Puis elle est partie en vacances avant moi, sur l'île d'où elle vient. On s'est quitté en se disant "à bientôt" pour la rentrée. Mais je viens d'apprendre qu'elle ne reviendra pas, jamais, à Djibouti. Son mari est muté dans un autre pays d'Afrique. Elle suit, sans pouvoir revenir ici, sans pouvoir emballer ses affaires, revoir sa maison, ses amies.

Et au final, sur l'échelle de toute une vie, c'est comme si nous nous étions seulement croisées. C'est comme si nous avions juste bu un café ensemble sur un trottoir du Monde.

Je n'avais même pas un numéro de téléphone pour la joindre. J'ai retrouvé une adresse mail, en appelant quelques amies communes. Ouf, elle a répondu.

Evidement, elle ne digère pas. Evidement, elle est triste. Et pourtant, ça fait 20 ans qu'elle est expatriée. Tout ce temps, à bouger de pays en pays, à défaire et refaire ses cartons. Mais on ne s'habitue pas à dire aurevoir. Ou plutôt à ne pas dire aurevoir. A partir comme ça, du jour au lendemain.

Elle me dit qu'elle pleure. Je la comprends. 

Je lui dit qu'on se reverra peut-être dans un aute pays. Je n'y crois pas.

Se croiser. Se décroiser. Et s'oublier.

C'est trop dur pour mon coeur d'éponge.

7 commentaires :

  1. Je ne suis pas expatriée, mais l'Explorateur et moi changeons de ville tous les 6-12 mois. Ce n'est pas une obligation, mais nous avons ça dans le sang. J'ai horreur de quitter les amis que nous nous sommes faits dans un lieu et que nous ne voyons plus une fois partis. Mais par lâcheté, je préfère partir que de voir partir.

    RépondreSupprimer
  2. c'est clair que c'est difficile mais je me dis qu'il vaut mieux croiser ces personnes que de ne jamais les avoir connu, non ? Oui c'est dur, mais on s'en remet et les personnes qui veulent garder contact, elles le font grâce aux réseaux sociaux. bisous ma belle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je pense aussi Céline. Chaque "rupture" est douloureuse mais nous passons de bons moments entre deux, nous découvrons de belles personnes. Pour cette Virginie là, malheureusement elle ne traine pas sur les réseaux sociaux, alors ce sera par mail. Avec le temps nos rapports vont s'étioler et on finira par s'oublier, c'est ainsi...

      Supprimer
  3. Je ne le vis pas ça, pourtant il y a un écho en moi tellement fort..
    Des bisous pour toutes ces amitiés, ces départs précipités, cette douleur..

    RépondreSupprimer
  4. Ca doit etre extremement difficile. Perdre une amie, c'est déjà pas évident, mais ne pas pouvoir dire au revoir, c'est terrible.
    Bon courage a toi

    RépondreSupprimer