Être à bout

samedi 26 septembre 2015


A bout de tout. De patience, de fatigue, d'envie, de solution. Ne plus avoir la force de rien.

Oser le dire. Je suis à bout.

Une semaine qu'elle se lève entre 04h30 et 06h00 chaque matin. Qu'elle refuse de dormir la journée. Qu'elle angoisse, s'accroche à moi en hurlant désespérément dès qu'on frôle son lit.

Une semaine que ses cris m'écorchent et me fendent de toute part.

Je ne la comprends plus, je ne sais plus comment l'aider, la consoler. La rassurer. Elle pleure pour dormir. Elle pleure pour la douche, elle pleure pour la garderie.

Elle ne veut que mes bras mais même mes bras ne suffisent plus.

Je m'use, je suis éreintée. Et je me perds. Je craque et je cri sur elle. Et je m'en veut. Et elle pleure. Et moi aussi.

Bientôt deux ans que je suis auprès d'elle, et pour la première fois, j'ai envie de m'enfuir.

Je ne sais plus être sa maman. 

Rien ne va ici. Tout s'effrite. Notre vie est en attente. Elle était la seule lumière. Le seul point positif. Car avec elle, ça va toujours. 

Mais maintenant, si même pour elle, je perds pied, que me reste-t-il ?

Je suis à bout...

5 commentaires :

  1. Peut-être qu'elle a pris tes angoisses ? Si sa maman angoisse autant c'est que ça doit être grave, alors elle aussi perd pied.. Alors lui dire que tes angoisses sont à toi, pas à elle ? Ou, si elle a si peur et s'accroche à toi, il y a peut-être une angoisse du style "ils vont partir sans moi"..
    Enfin tu vois un peu ce que je veux dire. Je dis ça, un peu comme ça, au hasard, parce que je ne sais pas ce dont vous avez déjà parlé avec elle. Tout ça, vous le lui avez peut-être déjà dit.. Sa détresse et la tienne me touche, je me sens bien impuissante..
    Douces pensées pour vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est sans doute ça Ambre, je parle souvent avec elle, je lui ai toujours beaucoup parlé mais quand on angoisse et bien souvent les mots ne suffisent pas.Je suis inquiète pour nous, pour ce qu'on va devenir et elle le sent vu comme nous sommes proche elle & moi, elle le sent forcément... Mais déjà, ça s'améliore petit à petit comme je l'ai dit sur ma page Fbk, ya du mieux,et ça fait du bien !

      Supprimer
    2. Ravie que ça aille vers le mieux :) (et je découvre au passage que tu as une page facebook :D oui oui je vois bien que y'a une icône là haut, mais voilà, je ne vois jamais rien moi ;p

      Supprimer
  2. Courage ! Il y a des hauts et des bas dans la maternité (tu le sais mieux que moi, je pense, ça fait plus longtemps que tu es mère ;)).

    Je ne saurais pas te dire si c'est à cause de votre angoisse qu'elle est angoissée, mais en tout cas, il est certain qu'il y a des périodes plus difficiles chez les enfants et c'est normal, en tant que parent, de perdre un peu pied durant ces périodes, de craquer, de se remettre en doute, surtout si à côté il y a d'autres choses qui ne vont pas...

    Courage, ça va passer ! Et si ça ne passe pas, si ça ne s'arrange pas quand votre situation à vous sera clarifiée, il sera toujours temps de demander de l'aide pour elle (pédiatre, pédopsy... si elle te semble particulièrement en souffrance, c'est peut-être une solution...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Chat-Mille pour ton commentaire ! Oui il y a des hauts et des bas, et au risque de me faire frapper lol je dirais que ma Doudou m'a habitué à s'adapter toujours très facilement, à ne jamais râler ou pleurer, à dormir comme une marmotte dans son lit, chez des gens, dans une poussette, en avion, ... Et moi du coup je suis la maman de ce bébé là, de cette puce qui se laisse vivre facilement. Mais je ne sais pas si je peux être la maman d'un bébé moins facile, je n'ne ai pas l'habitude !

      Supprimer