Recoller les morceaux

dimanche 11 octobre 2015

20150926_123413

J’ai cru que c’était terminé. Qu’une mauvaise fée s’était penchée sur elle, et me l’avait ensorcelée pour toujours. J’ai cru que mon ange devenait un petit diable.

J’ai cru que je ne savais plus être sa Maman. Que je ne la comprenais plus, que ce n’était plus mon Bébé.

J’ai voulu m’enfuir cent fois. Mais je suis restée.

J’ai lutté contre moi, contre ma colère, contre mes pulsions. J’ai combattu ma fatigue, ma lassitude, mon stress. J’ai fermé la porte à clef pour être sûr de ne pas courir loin d’elle.

J’ai testé dix mille trucs. Je me suis plantée dix mille fois.

Sauf une !

Un jour, j’ai enlevé son lit à barreaux, j’ai posé son matelas au sol. J’ai bougé tous les meubles. De son matelas, j’ai fait un cocon, entre un mur et une armoire.  J’y ai mis ses peluches, ses poupons, un drap tout doux.

J’ai grondé, fermement, mais calmement, retenant les cris en moi. J’ai dis “maintenant ça suffit, tu dois faire dodo” et aussi “c’est soit dans le lit parapluie soit dans ton nouveau lit”. Elle a dit “non”, elle m’a montré le canapé. J’ai dit “non”.

Je l’ai laissé pleurer 35 minutes dans son lit parapluie. J’y ai perdu quelques morceaux de cœur. Puis je suis revenue. J’ai expliqué à nouveau “le dodo c’est dans ton lit ici ou sur ton nouveau lit”. Elle a montré son nouveau lit.

Je l’ai prise, on a fait un gros câlin pour recoller les morceaux de nos cœurs.

Je l’ai posée sur son matelas. J’ai murmuré “je reste avec toi jusqu’à ce que tu fasses dodo”. Elle m’a suppliée d’un “oui” qui m’a fendu en deux. J’ai remonté le drap sur elle, collé ses peluches et ses poupons contre elle. J’ai goupillé la tétine. Je me suis allongée près d’elle. Je lui ai parlé tout bas, j’ai déposé des centaines de baisers sur ses joues, sur son front. J’ai caressé ses cheveux.

J’étais mal. Le carrelage était froid, la climatisation me soufflait dessus, et j’avais envie de faire pipi.

Mais, je l’ai vu lâcher prise. Je l’ai entendu susurrer “maman, maman, maman”. Elle a fermé les yeux, enroulé ses cheveux autour de ses petits doigts. Et elle s’est endormie.

J’ai rampé sur le carrelage, puis sur le tapis, puis derrière la porte. Je l’ai fermée. J’ai attendu 10 secondes, et puis j’ai respiré.

J’ai respiré ! Comme je ne le faisais plus depuis 3 semaines.

Finalement, je suis bien sa Maman.

J’ai bien fait de ne pas m’enfuir.

20150912_151619

PS : Tout n’est pas réglé, loin de là. Les terreurs nocturnes sont encore présentes. Chaque nuit, à 02h43 tout pile, elle atterrit dans notre lit. Elle a besoin de moi, de me voir tout le temps, de me sentir. Elle s’angoisse vite, et a peur de tout. Mais, elle refait quelques siestes en journée. S’endort sur son matelas. Elle s’apaise, doucement. Et elle sourit. Et c’est tout ce dont j’ai besoin.

8 commentaires :

  1. Ça me rappelle beaucoup nos couchers :) Nous avons aussi finalement opté pour un matelas par terre, avec sa couverture de bébé et toutes ses peluches pour en faire un endroit cosy. Il a fallu batailler, on a essuyé pas mal de pleurs, mais finalement elle y dort, et y fait même de plus en plus des nuits complètes (miracle !). Je me retrouve aussi dans le fait de se coucher à côté par terre et de m'éclipser en rampant ;) Oui, c'est un peu une vie de fou, quand on y pense. Mais avec le temps, ça se normalisera :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !!! Comment as(tu fait pour qu'elle y dorme toute une nuit ? Elle avait quel âge ? Oui oui besoin d'info ! J'en suis à la tartiner de fleur d'oranger chaque soir en lui filant mon tee-shirt de la journée plein de sueur et de mon odeur (elle adore !)... Besoin d'aide ! :-)

      Supprimer
    2. C'est la première fois qu'on me demande à moi des conseils sur le sommeil, avec mon bébé de quasi 18 mois qui ne fait pas ses nuits ;) En tout cas, ça me rassure de voir qu'on n'est pas les seuls à galérer...

      Les nuits complètes, ça n'arrive pas tout le temps, et quand ça arrive, je crois que c'est de la chance :) On a installé une petite veilleuse qui est allumée toute la nuit (on la recharge quelques heures pendant la journée) pour qu'elle n'ait pas peur du noir si elle se réveille, et elle ne tète plus (elle a été allaitée jusqu'à 17 mois, et aussi deux ou trois fois la nuit), du coup elle s'est habituée à gérer sa faim jusqu'au matin. Vers 6-7h, elle se réveille, on lui donne un biberon et elle se rendort jusqu'à 8h30/9h30. Et voilà, c'est tout. Mais pour le moment, ce n'est pas encore assez régulier pour qu'on crie victoire :)

      (Et pour moi, le tee-shirt avec mon odeur n'a pas marché :/)

      Supprimer
    3. Merci ! Je dirais qu'en fait ma Doudou m'a très mal habituée. Aucune vantardise de ma part, mais elle a fait ses nuits très tôt et ensuite n'a jamais eu aucun soucis à dormir, jour ou nuit, une vraie marmotte. Alors là forcément moi je suis perdue oui... Je ne trouve pas de veilleuse ici (Djibouti) et je n'ai pas envie de laisser une lampe allumée toute la nuit du coup... Par contre le tee-shirt semble aidé car elle s'enroule dedans avec un grand plaisir au moment de s'endormir ! Je le change régulièrement histoire qu'elle est toujours un tee-shirt qui pue fort lol !!! Mazette...

      Supprimer
  2. Je comprends la fatigue, la patience qui s'use, la colère, et l'incompréhension. C'est parfois si dur d'être parent. De trouver la voie, le chemin vers notre bout de choux. Et le pire c'est que souvent c'est dans les moments où ils ont le plus besoin de nous que nous nous sentons le plus désemparés.
    Je ne sais pas si c'est rassurant mais il me semble que tous les parents en passent par là. On est pas plus nulles que les autres on va bien finir par s'en sortir :D
    En tout cas visiblement vous êtes sur la bonne voie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça, c'est un cercle vicieux. Ils sont mal, débordant d'énergie, avec un grand besoin de nous et justement ça pompe notre propre énergie et on n'est plus capable de les aider alors que justement c'est de nous qu'ils ont le plus besoin... Je sais qu'on passe tous par là, à plusieurs moments de la maternité même. Mais qu'est-ce que c'est dur ! Une fois dedans, on a l'impression que le tunnel n'a pas de porte de sortie ! Et pourtant,il y en a une, mais elle est loin ! Ce qui me manque, c'est le temps de coudre. Et ça c'est cruel pour moi. Je n'ai plus mon échappatoire.

      Merci à toi d'être passé me voir !

      Supprimer
  3. Ca me fait tellement penser à ma numéro 2 et ses difficultés de sommeil et d'endormissement, et ici aussi, enlever les barreaux a été un vrai déclic plus des nuits plus douces. A un peu plus de 2 ans, c'est loin d'être parfait, elle a toujours besoin de me sentir à côté d'elle pour s'endormir, elle nous fait toujours au moins un réveil nocturne, mais rien à voir avec le calvaire qu'elle nous a fait vivre pendant presque 2 ans. Courage et patience !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lili ! Donc toi ta puce en fait dormait mal depuis la naissance, et elle dort mieux depuis qu'elle n'a plus le lit à barreaux ? C'est dingue quand même ! Comme quoi Maria Montessori en connaissait des choses ! Et quand ta fille se réveille la nuit, tu arrive à la rendormir dans son lit ou tu la prends avec vous ? Parce que moi pour le moment elle atterri dans notre lit du coup... Des fois elle se réveille à 02h et des fois c'est à 05h et là c'est mieux car du coup on passe quand meme une bonne partie de la nuit tranquille lol ! Merci en tout cas !

      Supprimer