Les Cagoules Moelleuses colorées

samedi 10 décembre 2016

SONY DSC

Pour cette série de cagoules, j’ai eu envie de couleurs, d’illuminer les jours gris de l’hiver, de pétillant avec des animaux rigolo et multicolores !

J’ai acheté exprès différentes couleurs de polaires. Toute douce, la polaire. Ce n’est pas de la polaire à poil ras, non, celle-ci c’est de la “pilou pilou” ! Plus épaisse, à poil un peu plus long, et douce…!

La mini Fripouille

lundi 28 novembre 2016

SONY DSC

J’ai pas mal de créations à vous présenter, toutes cousues il y a un moment. Mais petit à petit, je vais bien finir par rattraper mon retard !

La Robe Fripouille je l’aime d’amour. Si vous ne savez pas de quel modèle je vous parle, c’est le patron de l’Etoile de Coton. J’en ai déjà cousue trois pour ma puce, une douce rose ici, une joyeuse jaune là,  et une belle bleue par là. Elles furent toutes pour ma Doudou.
Du coup, la quatrième, je l’ai cousue pour une autre petite fille, une vraie Princesse au doux prénom de Charlotte… ♥

Du biais pour une Margoulette

mardi 1 novembre 2016

SONY DSC

Ça fait un moment déjà que je n’ai pas partagé avec vous une de mes petites cousettes ! Et là, c’est d’autant plus une cousette intéressante puisque c’était pour tester un patron de la Mercerie de l’Etoile de Coton !

Alors, oui, ce n’est pas une couture de saison, je l’ai cousu juste avant l’été… Mais tant pis, mieux vaut tard que jamais !

Je vous présente donc la robe Margoulette cousue pour ma Léa, avec le patron de la Mercerie de l’étoile de Coton.

Mandarine Création

vendredi 14 octobre 2016


Je l'avoue, j'ai un peu (beaucoup) déserté ce blog !

Mais, c'est pour la bonne cause ! Enfin, de mon point de vu... Ça y est, c'est fait, je me suis jetée à l'eau...PLOUF ! J'ai ouvert ma boutique Internet de vente de créations en tissus Mandarine Création

J'y réfléchissais, vous le savez, depuis des mois, mais sans oser. Et puis, un jour, je ne sais plus lequel, le lundi 29 août 2016 à 08h47, j'ai sentie que c'était le moment ! J'ai cousu comme une damnée pendant 3 semaines et BAM j'ai ouvert ma boutique. 

J'ai partagé le lien partout, comme j'ai pu. Et ça a prit. Je vends bien, je couds beaucoup, et j'adore ça !

Du coup, je l'avoue, je manque de temps pour tout le reste. Je pense couture, je respire couture, je parle couture, je vis couture ! Mandarine Création c'est mon deuxième bébé, mon projet, et je le porte avec moi partout où je vais, partout où je vis.

Du coup, j'ai besoin de vous. S'il vous plait, venez visiter mon site, faites vous une idée de mon travail et si ce que je fais vous plaît, partager ma page Facebook !

Je cherche une blogueuse "connue" pour lui offrir un de mes produits et faire ainsi un partenariat. Mais un partenariat honnête, c'est à dire qu'elle dira ce qu'elle veut de moi? En mal, en bien, en bon, en mauvais, enfin bref, qu'elle aime ou qu'elle n'aime pas, elle le dira et voilà !

Alors merci de faire tourner, les amis !!!!! ♥


La trousse à feutres (et à pois)

lundi 12 septembre 2016

SONY DSC

Il fallait une trousse pour ranger ses pois, alors j’ai cousu une trousse à feutres. Ou vice versa…

Peu importe l’ordre, et d’où vient l’idée, la trousse est là ! Ça m’a prit un soir, à Djibouti, comme ça, comme une lubie. J’avais vu passer sur le site de l’Etoile de Coton, un petit tutoriel pour coudre une trousse. J’avais un coupon adorable, dont je ne me souviens plus la provenance, un peu trop épais pour faire un vêtements, et un peu trop petit aussi… Et une fermeture éclair !

Et 20 minutes plus tard…

Coeur explosif

mardi 28 juin 2016


Quand tu est enceinte, que tu t’apprêtes à devenir Maman, on te dit pleins de choses. On te dit que c’est merveilleux, ou que c’est dur. Au choix, ça dépend de ce que chacune retient.

Mais, on ne te dit pas que ton coeur va exploser des milliers de fois.

Deux pantasarouels pour un popotin

jeudi 16 juin 2016

SONY DSC

Je couds depuis 3 ans, et on peut dire que je couds essentiellement pour ma fille. Entre deux, je fais aussi quelques cadeaux à des amies qui deviennent mamans. Mais oui, je couds surtout pour ma fille.

Alors, quand une maman croisée sur Internet m’a demandé de coudre pour son fils… j’ai ressenti de la fierté, oui c’est sûr, mais surtout un gros gros stress !

Je n’ai pas encore beaucoup cousu en échange d’argent. Il y a eu ce petit tablier pour un mini chef cuisinier. Et cet organiseur aussi pour mon petit neveu. J’ai du mal à savoir ce que vaut ce que je couds, combien je peux en demander. J’ai toujours peur que ce soit trop et que ça rebute le client. Ou pas assez, et que ça dévalorise ma création. Bref, c’est très compliqué de savoir et d'oser se vendre !

Et cette fois, j’ai hésité, encore. Dans ma tête je me suis trouvé mille excuses pour ne pas sauter le pas. Et puis j’ai accepté ! En plus, la mamans m’a laissé le choix des tissus ! Le pied ! J’ai posé quelques questions sur ses goûts, sur son fils, ses mensurations… Et hop !

Du bavoir à la serviette

jeudi 9 juin 2016

SONY DSC

Ha ! Les bavoirs et moi… Toute une histoire !

J’ai cousu les premiers un peu comme j’ai pu, je débutais la couture. Je mettais les boutons pressions au marteau, ça me faisait bien marrer ! Ils sont vite devenus trop petits, alors hop une autre fournée quelques mois plus tard. Et ensuite, je découvre les bavoirs de Vanessa Pouzet, alors j’en couds quelques uns pour ma puce, parce qu’on a jamais assez de bavoirs ! Du coup, sur ce même modèle, j’en ai offert autour de moi, par-ci, et par-là ! Et j’ai refais d’autres bavoirs Vanessa Pouzet pour ma puce, mais plus grands, toujours plus grands car un bébé ça mange ET ça grandit !

Ou je veux en venir ? Et bien qu’en plus de grandir, ma Bébé est devenue de plus en plus indépendante. Et elle a vite voulu mettre son bavoir seule. Alors que ce soit avec bouton pression, ou biais pour faire un noeud ou même avec l’attache magique de Vanessa Pouzet, impossible…

Du coup, j’ai réfléchi… sans rire, je le jure je le promets, j’ai réfléchi…

Le retour de la Fripouille

mardi 31 mai 2016

SONY DSC

Ces derniers jours, je reprends la couture.

Je n’ai toujours pas tous mes superbes tissus, ni mes outils. Ils sont toujours coincés à Djibouti… Mais j’ai ma machine à coudre, et c’est le plus important, pour coudre, non ?

Alors, j’ai acheté quelques tissus sympa, des boutons, quelques accessoires… Et les filles de La Mercerie de l’Etoile de Coton m’ont demandé de tester un nouveau patron !

En fait, il n’est pas vraiment nouveau, mais celui là, je l’attendais avec impatience ! Je m’apprêtais à adapter leur robe Fripouille 3-24 mois en bidouillant un peu pour faire une robe en 3 ans pour ma Doudou. Et là, elles me disent qu’elles ont fait ce même patron en 3-10 ans !!! Mais PARFAIT !

Je saute, je cours, je pousse un cri de joie et bim bam boum, je couds !

Petit sac pour demoiselle

vendredi 27 mai 2016

SONY DSC

Cette petite fille s’appelle Selma.

Elle est joyeuse, pleine de vie, rigolote et quand elle sourit, c’est magnifique !

Elle a eu 4 ans, lorsque je vivais encore à Djibouti… Et sa maman, c’était THE copine de Djibouti. Celle qui t’emmène partout, te fait découvrir des endroits que tu ne soupçonnais pas, des restaurants supers, une piscine de rêve ! La copine qui devient une amie, et qui, quand tu quittes le pays, te manque énormément…

Un peu de répit

lundi 16 mai 2016

Il attrape mon bras.

Il serre mon épaule, mon poignet, ma main. Nos doigts s'accrochent. Sa peau est froide. Et je ne peux m'empêcher alors de penser que si elle est si froide, c'est qu'il est déjà de l'autre côté... 

Et pourtant, il est là, devant moi, vivant. Il n'est plus vraiment lui. Maigre, faible, le regard perdu et la voix rauque. Je le sens ailleurs, dans une autre époque. Il parle d'avant, d'il y a longtemps. Dix minutes plus tard, il revient parmi nous et croit me voir pour la première fois de la journée. Ses doigts se resserrent, comme pour me dire qu'il est revenu.

Puis il voit Doudou. Ma Doudou. Et ses yeux brillent, revivent. Un sourire se dessine sur son visage.

Quelques mots en vrac

jeudi 28 avril 2016


Depuis le retour en France, j'ai un peu (beaucoup) délaissé ce blog. Je ne compte pas le fermer. Il faut juste que je lui trouve du temps dans notre nouvelle organisation.

En attendant, j'avais juste envie d'y poser quelques mots.

Tout va bien (ou presque). Ma doudou grandit à une allure folle. Elle est belle. Très belle, trop belle ! Un ange de douceur. Elle fait des câlins, des bisous, sans compter. Elle aime tout le monde. Et depuis deux semaines, elle se prend pour une Princesse. Et je ne la contredis pas. C'est une Princesse, une Reine même !

Elle est notre merveille, on la regarde grandir, apprendre, changer. On la voit passer de bébé à petite fille. De petite fille à princesse. Et souvent, avec son papa, on se demande encore comment nous avons pondu une si merveilleuse petite chose comme elle ! 

On découvre notre nouvelle ville, notre nouvelle région. On profite. On prends nos marques, on s'adapte. On est partie toutes les deux en Allemagne. Demain, on repart toutes les deux à Orléans, voir la famille. C'est un peu en urgence, un imprévu sous l'impulsion de l'émotion. Il faut le faire, c'est comme ça.

Et quand je reviens, j'écrirai ici. Car le besoin se fait sentir, le manque aussi ! Tellement de chose à écrire, à raconter ! Tellement de mots qui bouillonne et n'attende qu'une chose, que j'allume mon ordinateur ! 


Coeur de maman

mardi 1 mars 2016

Il y a ce moment.

Éreintée par un emménagement qui traîne. Éprouvée par une déprime post-retour en France, n’ayons plus peur des mots...

Je suis las, hélas. Mon rôle de maman me pèse, mon rôle de femme me fatigue. Mon rôle de moi m'agace. 

Je me suis levée tôt, pour profiter d'un instant en solo. La maison est calme, une musique douce en fond sonore. L'odeur de thé aux amandes flotte. La tasse me réchauffe les mains.

Et, je pense à Elle.

Elle est juste au dessus, dans notre lit, comme depuis...des mois. Elle dort. Sur le ventre, les fesses en l'air. Ou sur le dos, les poings levés. Elle dort.

Et moi, épuisée, las de tout ça, je suis quand même pressée de l'entendre m'appeler. Pressée d'aller m'enfouir près d'elle, sous la couette, pour le câlin du matin... Pressée de la voir se coller contre moi, de sentir son corps chaud contre le mien.

Et puis, elle me dira "Aller maman, en bas". Et la journée commencera.

Il y a ce moment, où même à bout de souffle, j'ai encore envie de respirer son odeur. Où même fatiguée d'être maman, j'ai encore envie d'être sa maman.

Il y a cette ambiguïté des sentiments, entre l'envie de liberté, et le besoin de l'avoir près de moi. Ce ras le bol certains jours, et cette motivation débordante d'autres jours. 

Je suis fatiguée, et pleine d’énergie pour Elle en même temps. Je suis malheureuse par moment, et tellement heureuse par ailleurs. Quand je vois ses yeux me dévorer, quand je l'entends me dire qu'elle m'aime. Quand elle se jette contre moi, si fort, pour un câlin si plein de son amour.

Je suis sa maman. Et pendant un moment comme ce matin, un moment où je savoure le calme, et ma solitude, elle me manque.

Le coeur d'une maman est bien compliqué, parfois.


Une combi…quoi ?

lundi 22 février 2016

SONY DSC

Ça fait longtemps, mais aujourd'hui nous allons parler couture... Ça me fait vraiment bizarre de revoir ces photos, prises à Djibouti. Elles datent de juillet dernier... Oui j'ai pris le temps pour vous en parler !

Et pourtant, c'est une tenue que ma puce a énormément porté !!!

Je ne sais pas comment vous présenter cette nouvelle tenue, par où commencer !?

Dois-je d’abord vous parler du tissu, ce tissu coup de coeur & coup de foudre ? Ou dois-je vous parler de ce patron découvert par hasard, sur lequel j’ai flashé direct ? Ou alors, peut-être vous présenter ce petit blog vraiment sympa sur lequel j’ai croisé ce patron, justement ?

Je pourrais déjà vous dire que cette nouvelle tenue est une combi-sarouel ! Et j’adore cette tenue ! J’annonce, direct, y’en aura une autre !

Mais bon, parlons déjà de cette première combi-sarouel.

Le mal du pays

dimanche 14 février 2016

Je n'écrirai plus sur Djibouti

Je ne parlerai plus du soleil brûlant, du sable qui se faufile partout. De la mer chaude et salée.

Je ne verrais plus mes amies de l'association. Ni les adhérentes, ni les enfants. Je ne verrais plus Hawa. Et tous les autres. Et mes amies d'autour, le cercle social que j'avais réussit à me faire.

Je n'irai plus me balader, avec Doudou, sur le terrain vague derrière notre maison. Tien, je ne verrai plus cette maison, non plus. Ni la garderie de Doudou. Finalement, elle n'y fera pas son entrée en maternelle.

Les premiers jours

lundi 1 février 2016

Et voilà, nous vivons en France...

On me demande parfois si notre retour est définitif. Je n'aime pas ce mot. Il coupe net l'imagination, les possibilités, l'impulsions d'un moment !

Définitif, non. Car on ne sait jamais. Et j'aime garder l'idée qu'un jour, si nous avons envie, nous repartirons. J'aime me dire que rien n'est posé, rien n'est stable. C'est stressant, et motivant en même temps.