Du prévu à l'imprévisible, l'histoire de ma vie

J'ai toujours été une quiche pour me présenter.

Dès que les regards se posent sur moi, je rougis, ma gorge devient sèche comme le désert, ma langue aussi lourde qu'un éléphant et mes yeux s’affolent & tremblent comme un drogué en manque.

Un semblant d'esprit retrouvé, je bafouille, je postillonne, je bégaye quelques mots incompréhensibles, des phrases sans queue ni tête et même sans verbe ni sujet. Le tout en tripotant nerveusement une mèche de cheveux avec un doigts à l'ongle rongé.

Sinon, ça va. Une thérapie ? Oh j'y pense. Mais je préfère le confort rassurant de mon esprit perturbé, certes, mais auquel je suis habituée.

Si tu es encore sur cette page, c'est que soit tu es courageux, soit tu n'a rien d'autre à faire pour le moment et l'ennui t'est insupportable, soit tu es aussi fou que moi. Ou les trois en même temps.

Mais, si tu es encore sur cette page, même après ce diagnostic très sérieux & profond de ta personnalité, c'est que peut-être, aussi, tu veux en savoir plus sur moi.

Tsilia, de mon doux pseudo pour l'Internet, c'est moi. J'ai 30 ans, un peu moins ou un peu plus selon quand tu lis ce message (qui s'auto-détruira dans quelques secondes, par une explosion aussi gigantesque qu'inventée). 

Avec les soucis dans ma tête, sans compter toutes les personnes qui s'y trouve, j'avais prévue ma vie comme une maniaque de l'organisation que je suis et détestant l'imprévu imprévisible. A 18 ans je passe mon bac, à 20 ans je deviens Assistante de Gestion. Jusqu'à mes 24 ans j'enchaîne les postes dans plusieurs petites entreprises. Et les copains aussi. 

Et là, je rencontre l'Homme. Le Vrai, le Mâle. Celui pour qui je quitte boulot, appartement, famille, région, et amis (mais ça, vu tous mes problèmes dans ma tête, je n'en ai pas beaucoup) pour le rejoindre 600 km plus loin, dans le Sud Ouest de la France. A partir de là, ma vie si parfaitement prévue & prévisible devient aussi imprévisible que belle & riche en émotion. 

Avec lui, je découvre l'Amour. Et je me rends compte qu'avant, ce n'était que des fades copies.

Avec ses amis, je découvre l'Amitié. Et tout le package qui va avec. L'honnêteté, le soutien, l'entraide. Les fêtes, l'alcool et le saucisson.

Avec sa famille, je découvre un cocon douillet dans lequel je suis tout de suite acceptée & respectée.

Avec sa région, je tombe amoureuse. Je découvre des paysages magnifiques, un soleil bien plus présent que par chez moi. Des vignes à perte de vue. De l'air frais. L'horizon au loin, et non des murs gris.

Nous vivons à Toulouse. Je trouve un CDI. Puis un autre. Puis il est muté à Royan. C'est chiant. Puis il revient mais il est souvent en déplacements. C'est vraiment chiant. Puis, le 31 mai 2011 on se retrouve tous les deux au chômage.

Ce qu'il y a de bon, avec l'imprévisible, c'est que tu es libre de prévoir ce que tu veux. Alors ce 31 mai 2011, on décide de devenir expatriés. Pour différentes raisons, mais la plus importante est qu'au niveau de sa carrière, mon petit Homme Ingénieur en Hydraulique, il patine, il s'enlise et fait du sur-place.

Et, ce qu'il y a de bon aussi, avec l'imprévisible, c'est que tout va très vite. 15 jours après avoir pris la décision de partir, il obtient un poste en Algérie. Je devais le rejoindre vite, mais l'imprévisible contient quelques failles parfois. 

Je tombe malade, une tumeur peut-être cancéreuse qui s'avère être un kyste ovarien. Je me fais opérer. Il a peur. Alors il me demande en mariage. Je suis sous morphine, je dis oui. On se marie deux mois plus tard. Et je le rejoins enfin en Algérie. 

On y passe 1 an et demi. C'est dur, épuisant, éreintant même. Mais ça nous rapproche aussi, nous rend complices, sûr de nous, inséparables. 

Puis je tombe enceinte. C'est beau. Parce que prévu, mais un peu imprévisible aussi.

Nous passons ma grossesse en France. Après quelques difficultés, une ou deux frayeurs, j'accouche. 

Elle est là

Et nous partons à Djibouti.

Et c'est vraiment beau, cette vie à trois. 

Il y a 10 ans, si on m'avait raconté mon futur, ma vie actuelle, j'aurais peut-être pris peur par tant de détours, d'embûches, de pierres sur le chemin.

Et surtout, je ne l'aurais pas cru.

Et, bizarrement, j'ai l'impression que ce n'est que le début...



5 commentaires :

  1. Je découvre ton blog, l'aventure de votre vie de famille et j'apprend plein de choses notamment sur la vie d'expat qui nous brancherait bien un jour avec un chouette regard, ni trop rose, ni trop noir !! Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pacotille ! J'essaye en effet de montrer le bon comme le moins bon de notre situation. J'aimerais parfois parler un peu plus de la pauvreté mais ce n'est pas facile d'en prendre des photos...

      Mais sache que de toute façon, peu importe tout ce que tu liras sur l'expatriation, si un jour tu sautes le pas, tu te feras ta propre experience et surtout ta propre opinion une fois dedans !

      Merci de ton passage ici !

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. De la simplicité avec un soupçon d'autodérision, on te lit facilement et avec beaucoup de plaisir!! Je découvre ton blog par hasard car je cherche des infos sur Djibouti... Mais c'est très difficile de trouver des témoignages récents. Je voulais t'écrire directement plutôt que de laisser un commentaire mais je n'ai pas trouvé comment désolée. Je suis enceinte de 6 mois et demi et deja maman d'une petite minette de 26 mois. J'ai vécu dans les DOM TOM pendant 7 ans (à la Réunion puis à Nouméa) et après un retour difficile et une laborieuse année en France... mon mari va surement être muté à Djibouti sous peu pour un projet dans BTP et j'aurais bien besoin d'échanger avec toi sur la vie là bas. Merci d'avance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun soucis, envoyé moi un mail et on en parlera : miss.tsilia@gmail.com

      Supprimer